Ouverture carnassier

Secteur sauvage aux berges inaccessibles. Brochets, perches, sandres et silures peuplent ce cours d’eau

Nous commençons notre « voyage pêche » du jour par une petite marche de 500m pour atteindre la lisière de la ripisylve. Une petite pente raide et glissante nous permet de déposer notre matériel sur une toute petite bande de terre d’où nous pouvons mettre nos float tubes à l’eau.
Le début du parcours est athlétique, avec du courant, des rétrécissements, des accélérations.

Ici la rivière est large est calme, parfois peu profonde. Plus haut le parcours était plus athlétique.

Le secteur d’après est plus calme. Apaisant. Cette sérénité ne nous abandonnera plus.
On pêche, on discute, on s’éloigne, on se rapproche.
Je prends une violente tape dans la canne, très sèche, puis plus rien. Avec cette eau colorée, je ne suis pas en pleine confiance.

Le pêcheur est concentré, tous ses sens sont en éveil, son attention ne se relâche pas, il est dans l’attente de la moindre secousse, de la moindre alerte qui lui permettrait de ferrer

Arrivé quasiment au bout du parcours, je « tank » mon leurre dans des branches immergées, dans 50cm d’eau.
Je me rapproche, je baisse la canne pour diminuer la tension dans la tresse, mon leurre se décroche, s’enfonce très légèrement, je n’ai pas le temps de le sortir de l’eau pour refaire un lancer que ma tresse par à gauche, le tout dans une fraction de seconde. une grosse tape. Je suis surpris… je crie « Poisson » !!
Cyril se retourne et me regarde, le brochet est bien piqué, je prends mon temps.
Au même moment lui me dit aussi « poisson » !! Le doublé !!!!!
Il vient de piquer un pépère presque métré (il peut l’affirmer car il connait bien ce poisson).
Le brochet est pris dans 30 cm d’eau, il met un violent coup de queue, on aperçoit son dos, il doit être magnifique, il est large, d’une puissance incroyable, d’une largeur impressionnante, d’une couleur magnifique… mais… il se décroche !
J’ai encore mon poisson au bout de ma ligne car tout ça n’a duré que quelques secondes. Je suis déçu pour mon copain de pêche, situation toujours frustrante qui fait aussi la beauté de la pêche.
Je saisi mon brochet, photo rapide et il retourne aussitôt vers les profondeurs se refaire une santé.

Brochet d’une cinquantaine de centimètres environ portant sur son flanc une large marque de morsure, causée par un poisson d’une taille bien supérieure à la sienne.

Il ne nous reste désormais plus qu’à remonter les km de linéaire descendus pour retrouver le chemin du retour.

Je remercie chaleureusement Cyril, pêcheur de talent et de grande générosité, pour le partage de ce superbe site.
La pêche c’est aussi ça, des rencontres et des moments inoubliables avec les autres…

A bientôt pour de nouvelles aventures !

2 réflexions sur « Ouverture carnassier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.